Programmes

“Les Grandes Héroïnes de l’Opéra”

 

PREMIERE PARTIE:

  • NORMA: « Casta Diva », Bellini 

 (1831, Scala de Milan avec Giuditta Pasta dans le rôle titre) Norma est une grande prêtresse du temple druidique qui a eu, en rompant ses vœux de chasteté, deux enfants de Pollione, proconsul romain. Celui-ci est à présent amoureux d’une jeune prêtresse, son amie, Adalgisa. Avec les siens, sur la colline, Norma fait une Invocation mystique à la lune en attendant que vienne l’heure d’attaquer les Romains.

  • DIE ZAUBERFLÖTE: « Der Hölle Rache », Mozart

 (1791, Théâtre de Schikaneder à Vienne, créatrice du rôle Josepha Hofer). Acte II, Sarastro prie les Dieux d’accorder la sagesse au jeune couple que forment Tamino et Pamina. Tamino résiste aux épreuves auxquelles Papageno tente de se dérober. Toujours désirée par monostatos, Pamina voit paraître sa mère dans un coup de tonnerre qui lui remet un poignard, et lui ordonne de tuer Sarastro, menaçant même de la renier si elle désobéissait.

 

  • TOSCA: « Vissi d’arte », Puccini

(1900, Teatro Costanzi de Rome avec Hariclea Darclée dans le rôle titre). Rome, 1800. La grande cantatrice Floria Tosca a pour amant le peintre Mario Cavaradossi. Il est fait prisonnier par Scarpia, le chef de la police pour avoir aidé Angelotti, l’ancien consul de la république romaine, à se cacher. Devant les supplications de Tosca, Scarpia lui propose de libérer son amant si elle se livre à lui pour une nuit. Elle le supplie de ne pas exiger d’elle ce sacrifice.

(1917, Opéra de Monte-Carlo, créatrice du rôle Gilda dalla Rizza). Lors d’une réception au salon de Magda, Prunier déclare que l’amour est dans l’air du soir. Il commence alors à chanter sa dernière composition, que Magda termine. Elle explique qu’en tant que protégée de Rambaldo, elle n’a jamais connu l’amour véritable.

  • DIE ZAUBERFLÖTE: « O Zittre nicht », Mozart

Le Prince Tamino est sauvé du serpent par les « Trois Dames de la Nuit», servantes de leur Reine. L’oiseleur Papageno se présente et prétend être le sauveur de Tamino. Les dames punissent Papageno de son bavardage et remettent au prince un portrait de femme devant lequel il s’enflamme : c’est celui de la fille de la Reine de la Nuit : cette dernière parait alors dans un grondement de tonnerre et lui narre son désespoir de voir sa fille prisonnière. Elle demande à Tamino d’aller délivrer Pamina, séquestrée par Sarastro, qu’elle décrit comme un tyran.Elle dit finalement à Tamino que si elle le voit revenir vainqueur, Pamina sera sienne pour l’éternité. Puis elle disparaît.

 

  • TRAVIATA: « Sempre libera », Verdi

(1853, Fenice de Venise avec Fanny Salvini-Donatelli dans le rôle titre). 1846, le rideau se lève sur un salon dans un hôtel particulier à Paris. Pour s’étourdir, Violetta Valéry, courtisane célèbre, donne une fête. Tous ses amis sont réunis autour d’elle, à commencer par son protecteur et amant en titre, le baron Douphol. Au cours de cette fête, Gaston, un admirateur lui présente un de ses amis venu de province, Alfredo Germont qui lui déclare sa flamme. Elle se laisse tenter par l’espoir d’un amour véritable, avant de rejeter cette perspective irréaliste, une fois restée seule, dans le célèbre grand air qui clôt le premier acte.

 

  • GIANNI SCHICCHI: “O mio babbino caro”, Puccini

(1918, Metropolitan Oprea de New York, créatrice du rôle Florence Easton). Troisième volet de IL TRITTICO, conçu pour être représenté dans la même soirée, qui fait suite à « Il Tabarro » et à « Suor Angelica ». Lauretta implore son père le rusé Schicchi de la laisser épouser son bien –aimé Rinuccio.

  • LAKME: « Duo des fleurs », Delibes

(1883, Opéra-Comique de Paris avec Maria van Zandt dans le rôle titre). Un temple hindou dans la forêt, au lever du soleil. Lakmé, fille du brahmane Nilakrantha, et sa compagne Mallika s’apprêtent à aller cueillir des fleurs dans la forêt pour en orner le temple.

SECONDE PARTIE:

  • LES CONTES D’HOFFMAN: « Les oiseaux dans la charmille »/ »Air de la Poupée »,Offenbach

 (1881, Opéra-Comique de Paris, rôle créé par Adèle Isaac). Hoffmann est amoureux d’Olympia, la « fille » du scientifique Spalanzani. Celle-ci s’avère en fait être un automate dont Coppélius, un charlatan, a fourni à Spalanzani les yeux.

  • PURITANI: « Qui la voce sua soave…Vien diletto », Bellini  

(1835, Théâtre-Italien de Paris, rôle créé par Giulia Grisi). Vers 1650, à la forteresse de Plymouth : la nouvelle qu’Elvira Valton va épouser Arturo Talbot attriste sir Riccardo Forth, à qui Gualtiero Valton avait un temps promis la main de sa fille. Alors que tout est prêt pour la cérémonie, Arturo, partisan des Stuarts, reconnaît dans une mystérieuse prisonnière la reine déchue, Henriette de France, qu’il doit accompagner au tribunal en la faisant passer pour son épouse. À la nouvelle que son promis s’est enfui avec une dame, Elvira perd la raison…Dans une salle du château, le bon oncle Giorgio raconte à l’assistance la folie d’Elvira qui paraît, délirante et réclamant son aimé, Arturo.

  • MADAME BUTTERFLY: « Un bel dì vedremo », Puccini

(1904, Scala de Milan, rôle titre créé par Rosina Storchio). Pinkerton, officier américain en escale à Nagasaki, repoussant les avertissements du consul Sharpless, feint d’épouser Cio-Cio-San dite « Madame Butterfly », une geisha de quinze ans, que son oncle, le Bonze, renie. Les deux nouveaux « époux » s’abandonnent à leur amour…Trois ans ont passé, et Cio-Cio-San attend vainement le retour de celui qu’elle croit être son mari, rêvant de l’arrivée de son navire…

 

  • FAUST: « Air des Bijoux », Gounod

(1859, Théâtre Lyrique, rôle créé par Marie Caroline Milan-Carvalho). Au soir de sa vie, le docteur Faust se lamente sur l’inanité de toute connaissance et veut se suicider quand résonne le chant de Pâques. Mais Faust invoque le diable. Méphistophélès se présente et lui fait signer le pacte qui lui donne la jeunesse éternel en échange de la jeunesse. Il hésite, mais la vue de Marguerite le pousse à signer. Lors d’une kermesse apparaît Marguerite à qui Faust offre son bras qu’elle refuse. A l’acte II, Marguerite trouve alors le bouquet de Siébel, son jeune soupirant, puis les bijoux. Elle hésite d’abord, puis s’en pare et chante le célèbre air, popularisé comme archétype du grand air d’opéra interprété par la Castafiore de « Tintin ».

  • LINDA DI CHAMOUNIX: « O luce di quest’anima », Donizetti

(1842, Kärntnertortheater de Vienne, rôle titre créé par Eugenia Tadolini). A Chamonix, vers 1670, Antonio et sa femme vivent heureux avec leur fille Linda qui aime d’un amour partagé Carlo, vicomte de Sirval, qui se présente comme un simple peintre sans fortune…

  • LA WALLY: « Ebben! Ne andrò lontana », Catalani

(1892, Scala de Milan, rôle titre créé par Hariclea Darclée). Au début du XIXème siècle, à Hochstoff, Village des Alpes suisses, Strommger, un propriétaire foncier, fête son soixante-dixième anniversaire. Il offre la main de sa fille Wally à son régisseur Gellner. Mais Wally aime Hagenbach, dont la famille est brouillée avec Stromminger, et que hait Gellner. Wally, chassée par son père décide d’aller vivre dans les montagnes au-dessus du village.

  • ANNA BOLENA: « Al dolce guidami », Donizetti

(Teatro Carcano de Milan, rôle titre créé par Giudita Pasta). L’action, qui s’appuie sur des faits historiques, se déroule en 1536 au château de Windsor, puis à la tour de Londres. Le roi d’Angleterre Henri VIII est lassé de sa deuxième épouse Anne Boleyn, et aime une demoiselle de compagnie de la reine, Jeanne Seymour, qui bien que se sentant coupable ne peut nier l’amour qu’elle ressent pour le roi. Le roi rappelle d’exil Henry Percy, ancien fiancé de la reine, pour inventer une accusation d’adultère. La reine et Percy sont arrêtés, emprisonnés, jugés et condamnés à mort. On retient surtout de cet opéra l’air final d’Anna…

  • NORMA: « Si, fino all’ore », Bellini, TRIO 

Norma tente de convaincre Pollionede renoncer à Adalgisa et de lui revenir, mais il refuse. Norma avoue alors publiquement sa faute et est condamnée à mort. Pollione est condamné pour avoir poursuivi Adalgisa dans le temple et monte au bûcher avec Norma.

« 100% Moz’Art »: 

PREMIERE PARTIE:

Le Nozze di Figaro
Opéra de Mozart, sur un livret de Lorenzo Da Ponte, créé à Vienne en 1786.
• « Porgi Amor » : air de la Contessa, rôle créé par Luisa Laschi. Nous sommes au début du 2ème acte. Il s’agit de l’entrée en scène de la Comtesse. Dans cet air simple et beau, la jeune femme nous décrit sa tristesse amoureuse : « qu’on me rende mon trésor ou qu’on me laisse mourir » nous dit-elle.
• « Dove sono » : air de la Contessa. Au 3ème acte, la Comtesse revient nous conter ses malheurs. Elle évoque l’amour que son mari lui portait autrefois, et qui n’existe plus. Dans la dernière partie de l’air, elle décide de se battre pour récupérer son amour perdu.
• « Canzonetta sull’aria » : duo de la Contessa et de Susanna (rôle créé par Nancy Storace). La Contessa et Susanna mettent au point un stratagème pour confondre le Comte. Dans ce duo, elles écrivent la lettre fixant le rendez-vous galant.
Die Entführung aus dem Serail
Singspiel de Mozart, sur un livret de Gottlieb Stephanie, créé à Vienne en 1782.
• « Martern aller Arten » : Troisième air de Konstanze, rôle créé par Katharina Cavalieri. Konstanze est prisonnière du Pacha Selim qui vient de lui faire une cour acharnée. Elle se rebelle et crie son désir de liberté pour lequel elle est prête à mourir.
• « Ach ich liebte » : Premier air de Konstanze où elle révèle au Pacha Sélim qui l’a enlevée que son coeur est déjà pris.
Cosi fan tutte
Opéra de Mozart, sur un livret de Lorenzo da Ponte, créé à Vienne en 1790.
• « Come scoglio » : air de Fiordiligi (rôle créé par Adriana Ferrarese del Bene). Guglielmo et Ferrando, prétendument partis à la guerre, sont revenus déguisés en Turcs. Ils font une cour assidue à Fiordiligi et Dorabella. Dans cet air, Fiordiligi leur dit que leurs déclarations passionnées ne les mèneront à rien parce qu’elle et sa soeur sont des « forteresses imprenables ».
Le Nozze di Figaro
• « Via resti servita » : duo de Susanna et de Marcellina (rôle créé par Maria Mandini). Vous allez assister à une dispute entre la fiancée de Figaro et Marcellina qui voudrait aussi épouser Figaro qui lui doit de l’argent – bien qu’on apprendra plus tard que Marcellina est en réalité la mère de Figaro ! Les noms d’oiseaux vont voler !
12 • www.lestroissopranos.be

EERSTE DEEL:

Le Nozze di Figaro
Opera van Mozart, naar het libretto van Lorenzo Da Ponte, gecreëerd in wenen in 1786.
• « Porgi Amor » : aria van de Gravin (rol gecreëerd door Louisa Laschi). We bevinden ons
in het begin van de 2de akte. Het betreft het opkomen van de Gravin. In deze simpele en
mooie aria beschrijft de jonge vrouw haar liefdesverdriet: « geef me mijn schat terug of
laat me sterven ».
• « Dove sono » : aria van de Gravin. In de 3de akte komt de Gravin terug om ons haar
ellende te vertellen. Ze haalt de liefde aan die haar man vroeger voor haar koesterde en die
nu niet meer bestaat. In het laatste deel van de aria beslist ze te vechten om haar verloren
liefde terug te winnen.
• « Canzonetta sull’aria » : duet van de Gravin en van Susanna (rol gecreëerd door Nancy
Storace). De Gravin en Susanna stellen een strategie op punt om de Graaf te verwarren. In
dit duet schrijven ze de brief waarin het galante afspraakje wordt vastgelegd.
Die Entführung aus dem Serail
Singspiel van Mozart, naar het libretto van Gottlieb Stephanie, gecreëerd in 1782.
• « Martern aller Arten » : aria van Konstanze, rol gecreëerd door Katharina Cavalieri.
Konstanze is de gevangene van Pacha Selim die haar verbeten het hof heeft gemaakt.
Ze komt in opstand en schreeuwt haar wil voor vrijheid uit waarvoor ze bereid is om te
sterven.
• « Ach ich liebte »: eerste aria van Konstanze. Ze onhult aan haar ontvoerder, de Pacha
Selim, dat haar hart al aan iemand anders toebehoort.
Cosi fan tutte
Opera van Mozart, naar het libretto van Lorenzo da Ponte, gecreëerd in Wenen in 1790
• « Come scoglio » : aria van Fiordiligi (rol gecreëerd door Adriana Ferrarese del Bene).
Guglielmo en Ferrando, die vermeend naar de oorlog vertrokken zijn. Vermomd als Turken
teruggekomen maken zij hartstochtelijk het hof aan Fiordiligi en Dorabella. In deze aria
zegt Fiordiligi hen dat hun vurige verklaringen tot niets zullen leiden, vermits zij en haar
zus « onvermurwbaar » zijn.
Le Nozze di Figaro
Opera van Mozart, naar het libretto van Lorenzo Da Ponte, gecreëerd in wenen in 1786.
• « Via resti servita » : duet van Susanna en van Marcellina (rol gecreëerd door Maria
Mandini). Jullie worden getuigen van de woordenwisseling tussen de verloofde van Figaro
en Marcellina die ook met Figaro wenst te trouwen. Figaro is Marcellina geld schuldig,
later verneemt men echter dat zij in wer

 

 « Les Trois Sopranos Go Christmas »: en construction